Amazon : Journal d'un amour perdu

 

Quatrième de couverture :

Pendant deux ans, Eric-Emmanuel Schmitt tente d’apprivoiser l’inacceptable : la disparition de la femme qui l’a mis au monde. Ces pages racontent son « devoir de bonheur » : une longue lutte, acharnée et difficile, contre le chagrin. Demeurer inconsolable trahirait sa mère, tant cette femme lumineuse et tendre lui a donné le goût de la vie, la passion des arts, le sens de l’humour, le culte de la joie.

Ce texte explore le présent d’une détresse tout autant que le passé d’un bonheur, tandis que s’élabore la recomposition d’un homme mûr qui n’est plus « l’enfant de personne ». Éric-Emmanuel Schmitt atteint ici, comme dans la nuit de feu, à l’universel à force de vérité personnelle et intime dans le deuil d’un amour. Il parvient à transformer une expérience de la mort en une splendide leçon de vie.

 

Mon avis :

Dans ce nouveau roman Journal d’un amour perdu - Albin Michel - Eric Emmanuel Schmitt nous parle du décès de sa mère avec une peine profonde. Cet écrivain célèbre dévoile son âme sans retenue et avec beaucoup d’humilité.

" Je ne comprends pas : elle a expiré, je n’ai rien perçu. 

Rien. 

Alors tout - vraiment tout - s’effondre. " 

La mort parfois emporte un être cher, sans donner signe. Cette rupture soudaine et violente amène l’endeuillé à un grand désarroi, à une non-acceptation de la réalité, à une tristesse peinte de mélancolie, mais aussi à une certaine culpabilité. On réalise que notre vie dorénavant aura un autre sens, un goût amer.

"Un jour comme les autres, tout devient différent."

"On nous annonce une mort, une naissance, et dès lors rien ne sera plus jamais pareil."

C’est un nouveau départ qui s’annonce pour Eric Emmanuel Schmitt par un travail sur son deuil qui prendra deux ans. Ce journal écrit par une plume magnifique relate une femme, une mère joyeuse, épanouie, attentionnée et un fils comblé par cet amour fusionnel.

Sa présence apaise, sa douceur réconforte, son doux regard renforce. Rien ni personne ne peut remplacer une maman. C’est un homme le cœur brisé par leur chagrin qui écrit avec des mots sensibles et poignants

"J’entame ma première journée d’orphelin."

"Je ne suis plus l’enfant de personne."

Toutes les préparations funéraires, les formalités, l’enterrement sont retranscrits, détaillés par un homme dépassé. Son écriture s’apparente à des secousses sismiques divulguant tous ses émois. C’est bouleversant !

Journal d'un amour perdu -Eric Emmanuel Schmitt -Albin Michel

Pour traverser cette dure épreuve, il lui faudra retourner en enfance pour guérir de ses blessures. Eric-Emmanuel Schmitt se remémore son père qui sera la clé d’un dénouement des nœuds du passé.

L’écriture sera une bouffée d’oxygène, le théâtre un éloignement de sa dépression ancré qui le déstabilise, le désoriente, le fragilise…

Félix et la source invisible prendra naissance durant cette période, l’histoire d’un petit garçon qui tente de ressusciter sa mère de sa dépression.

C’est une renaissance qui s’est accomplie durant ces deux ans. Un ouvrage sublime qui nous donne une belle leçon de vie