Ne jetez pas les morts au compost

Disponible sur Amazon (cliquer sur le lien)

 

Broché : 217 pages

Editeur : Librinova (22 mai 2019)

Collection : LIB.LITTERATURE

Dimensions du produit : 14 x 1,4 x 21,6 cm                              

20190701_154042

 

 

Format : Format Kindle

Taille du fichier : 2924 KB

Nombre de pages de l’édition imprimée : 255 pages

Editeur : Librinova (22 mai 2019)

 

Synopsis :

Au pays des sorcières, entre Berry et Poitou, une petite ville thermale tranquille est le théâtre d’un meurtre répugnant. Il se passe de drôles de choses dans le milieu feutré des thermes, vous n’imaginez pas ! Commissaire de police au 36 quai des Orfèvres à Paris, je vais me retrouver parmi les curistes bien malgré moi. J’avoue que donner un petit coup de main à la brigade de gendarmerie locale, peu habituée à traquer les assassins, n’est pas pour me déplaire et va même me procurer un malin plaisir. Avec l’aide de mon jeune assistant, Paul Holo, je vais mener cette enquête tambour battant, secouant au passage quelques préjugés bien ancrés. Tant pis ! Après plusieurs mois d’arrêt de travail forcé, la résolution de cette affaire me rassure : je n’ai pas perdu la main ni l’envie.

 

Mon avis :

Après avoir lu « Meurtre bénévole » dont vous pouvez retrouver ma chronique sur le blog, je poursuis les aventures de la commissaire bombardier avec ce nouveau livre « ne jetez pas les morts au compost » que Catherine Secq m’a très gentiment fait parvenir au Liban.

Un livre toujours aussi pratique comme son confrère à emporter avec soi pour les vacances d’été pour passer un agréable moment de détente, car c’est un polar tout sauf noir comme le dit si bien l’auteure, je vous préviens il est hilarant et tout me porte à croire que Catherine Secq est très douée pour construire des scénarios qui apportent une lecture non seulement plaisante, mais aussi très bénéfique dans le sens dans lequel elle intègre des thématiques très intéressantes dans son histoire comme le racisme envers les noirs, l’homosexualité et je ne conçois pas l’idée de harceler ou d’attaquer une personne dont les convictions s’opposent aux miennes on est tous égaux et chacun est libre de vivre sa vie comme il l’entend ce qui me mène à dire que l’auteure passe des messages essentiels pour le respect d’autrui.

D’autre part, une très bonne idée de nous faire partager son ressenti sur un centre thermal aux pouvoirs magiques qu’est La Roche-Posay ce qui nous donne envie d’aller se faire dorloter.

Et enfin sur le chamanisme que les pays d’Afrique s’emploient à utiliser comme méthode de guérison. Une pratique traditionnelle ancienne que vous connaissez sûrement. C’est pour vous dire l’intérêt qu’apporte cette lecture sans compter je vous le garantis une séance d’humour qui vous pliera en deux.

Alors c’est par ici pour suivre l’auteure qui égayera vos journées par sa plume entrainante :

À propos

Ne me demandez pas à l'accueil du 36 quai des orfèvres à Paris, vous ferez chou blanc. Je n'existe que dans l'imagination de mon auteure, Catherine Secq, pour qui j'ai accepté de résoudre quelqueses affaires de meurtres ; ça m'amuse. J'espère que vous aussi, vous passerez du bon temps à suivre mes aventures policières.

http://commissairebombardier.com

 

Quand une femme comme la commissaire bombardier se retrouve les fesses meurtries après un incident pris de court qui aurait pu lui coûter la vie il lui est difficile de passer le cap facilement tant pour son ego que pour sa féminité quelque part humiliée. Alors, elle se voit imposée par son supérieur un repos bien mérité pour se reprendre et oublier cette mésaventure qui se perçoit marquante pour sa personne.

En route pour un départ chez une cousine qui s’annonce mal, car elle bifurquer par accident (une panne de route) dans un endroit décrit idyllique qu’est ce centre de thermalisme inconnu dans son esprit qui ne tiraille que pour le travail. Je la retrouve dans ce second livre toujours aussi grognon pour prendre des vacances, très professionnelle, mais humaine, et je rigole à pleins poumons avec cette protagoniste.

Durant ce séjour provisoire, Josiane bombardier va se retrouver à déceler le meurtre d’Omar noir masseur réputé avoir des doigts de fée… on voit bien que son attachement à cette affaire devient personnel, car la commissaire entre les mains fabuleuses de ce bel étalon a retrouvé sa confiance en elle, il a éveillé en elle un désir de femme depuis longtemps mis sous les verrous. À ce sujet, Catherine Secq vise à mettre en lumière ce point qu’est l’éveil des sens importants pour un bon équilibre affectif. Je vous dis l’auteure évolue à chaque fois son histoire en intégrant des sujets qui pousse à la réflexion.

On enchaine avec une enquête ficelée de toute part comme d’habitude, car l’auteure se préserve de garder le meilleur pour la fin et nous laisse travailler nos méninges pour découvrir le ou la coupable, car les suspects ne manquent pas, chacun son mobile. Un livre qui me booste pour chercher, me planter et rechercher ailleurs avec Josiane et le fameux Paul Holo son coéquipier qui ne manque pas d’intuition.

À noter que des petits dessins accompagnent l’histoire que j’ai trouvé perspicace pour bien mener l’enquête.

Pour une deuxième lecture accomplie avec succès par Catherine Secq qui pointe toujours sur des thèmes intéressants, je la remercie pour ces quelques instants de bonheur qu’elle m’apporte par son imagination. Un livre où le comique ne manque pas à l’appel, où le suspens vous tient en haleine, où les personnages comme la commissaire possèdent un magnétisme irréductible, où les sujets abordés sont constructifs et enfin une belle composition laquelle sans la plume de l’auteure ne peut aboutir.

Hâte de voir une nouvelle aventure débarquer prochainement !