PTAujourd'hui,je vous propose une belle interview de l'auteur et animateur d'atelier d'écriture Pierre Thiry qui m'a fait l'honneur de bien vouloir participer à cette interview.J'ai eu l'immense plaisir de découvrir un des ces livres qui m'a appris beaucoup de choses sur la langue française et l'écriture.

N'hésitez pas à le suivre!

Découvrez mon retour sur ce lien: 

Sansonnets aux sirènes s'arriment : Cent sonnets oscillent, règne sa rime... De Pierre Thiry - Mes Chroniques Littéraires

Disponible sur Amazon (Cliquer sur la photo) Broché : 134 pages Editeur : Books on Demand (4 octobre 2018) Dimensions du produit : 14,8 x 0,8 x 21 cm Tu cours, tu n'as pas le temps, tout va de travers... Cher.e ami.e prends ton temps et ne prends pas la fuite !

http://chroniqueuse6.canalblog.com

 

Vos Adresses :

http://www.pierre-thiry.fr

https://www.facebook.com/PierreThiry.auteur                                              

 

https://twitter.com/PierreThiry

https://www.instagram.com/thirypierre/

 

 

Pierre Thiry (auteur et animateur d'ateliers d'écriture)

Pierre Thiry, auteur : Sansonnets un cygne à l'envers, Le Mystère du pont Gustave-Flaubert, Ramsès au pays des points-virgules. La Princesse Elodie de Zèbrazur et Augustin le chien qui faisait n'importe quoi, Ateliers d'écriture . Animateur d'ateliers d'écriture.

http://www.pierre-thiry.fr

 

1 –Parlez-nous un peu de vous ?

Je suis un passionné d’écriture, de littératures, de langue, un amoureux des rythmes de la parole et de la danse des discours. J’anime des ateliers d’écriture : une activité qui me permet de réunir toutes mes passions. Je ne peux pas m’empêcher d’écrire et c’est la raison pour laquelle je me suis décidé à publier plusieurs livres... 

                                                                                                                                                                                                                                                                            2 –Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

Je ne sais pas exactement, c’est une envie que j’ai toujours eue... Écrire me paraît aussi indispensable que de respirer.

 

3 –Avez-vous un genre particulier ? Et pourquoi ?

Non. Je ne suis pas enfermé dans un seul genre. J’aime que chaque livre soit en quelque sorte une expérience unique. J’ai publié mon premier livre (Ramsès au pays des points-virgules) il y a dix ans. C’est un livre assez fantaisiste (sous-titré « Fiction fantaisiste pour tous lecteurs de dix à cent-dix ans), une sorte de conte plutôt destiné au jeune public, mais convenant parfaitement à des adultes ayant conservé leur âme d’enfant et leur appétit de merveilleux. J’ai ensuite publié plusieurs contes pour enfants, un roman, des recueils de sonnets, une nouvelle dans un recueil collectif. J’ai plusieurs projets d’écriture sur mon bureau qui explorent d’autres genres littéraires et qui déboucheront sur des livres encore difficiles à définir aujourd’hui puisqu’ils ont pour l’instant la richesse de l’infini de l’écriture...

 

4 –Quelles ont été vos sources d’inspirations ?

Mes sources d’inspiration viennent de partout. Un sourire échangé, un long livre passionnant, un chant d’oiseau, un bruissement de feuilles d’arbre sous la brise, une attente trop longue à l’arrêt d’autobus, l’émerveillement d’un enfant, de vives discussions animées, les bruits du monde, lointains et proches, le roulement des vagues dans la mer, le brouhaha des foules en ville...

 

5 –Combien de temps passez-vous à écrire un livre ?

Difficile de compter ce temps d’écriture. J’écris sans cesse, dès que j’ai un moment, dès que j’ai une idée ou même si je n’ai aucune idée. J’aime faire résonner les mots les uns contre les autres, expérimenter les multiples ressources de la syntaxe. Un livre correspond en général à plusieurs années de travail, de maturation ou de réflexion. Mon geste d’écriture est parfois rapide comme l’éclair, parfois je trace mes mots lentement en flânant dans les phrases, en m’embrouillant dans mes brouillons, en raturant, en déchirant et en recommençant.

 

6 –Qu’avez-vous écrit et publié jusqu’à maintenant ?

J’ai publié « Ramsès au pays des points-virgules » en 2009. C’est un petit roman ou conte merveilleux pour tout public. Ce livre m’a procuré mes plus belles joies d’auteur par les belles rencontres qu’il a suscité. Il a fait naître des amitiés et des conversations souriantes. Il a été l’occasion de nombreuses chroniques de blogs diverses et variées. Il a eu l’immense honneur de devenir l’objet d’un mémoire de Master2 « Analyse du discours littéraire » à l’Université de Constantine en Algérie. Il a été́ une œuvre étudiée dans des classes de langue française.

En 2011 est sorti un petit conte avec un long titre : « Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines », un livre écrit en hommage à la petite ville de Montceau-les-Mines située en Bourgogne dans l’est de la France.

2012 a été l’année de sortie de mon roman « Le Mystère du pont Gustave-Flaubert » un « polar décalé » qui entremêle plusieurs thèmes : Gustave Flaubert, la ville de Rouen, les relations entre Flaubert et la musique, une relation amoureuse entre Jules Kostelos (le héros du livre) et Salammbô une bibliothécaire et danseuse d’origine antillaise... et enfin les rêves du chat Charles Hockolmess (personnage créé pour « Ramsès au pays des points-virgules »).

En 2015 j’ai publié « Sansonnets un cygne à l’envers » (un recueil de cent sonnets qui a été élu « Coup de cœur des BookChroniqueurs » par un groupe de blogueuses et blogueurs en 2017). En 2018 j’ai sorti un deuxième recueil de sonnets : « Sansonnets aux sirènes s’arriment » (que vous connaissez). Entre ces deux recueils j’ai publié un nouveau conte pour enfants : « La princesse Élodie de Zèbrazur et Augustin le chien qui faisait n’importe quoi » (2017) et une nouvelle intitulée « Plume Rebelle » qui ouvre le recueil « Il était une plume... » édité par l’association « Les plumes indépendantes ».

 

7 –Comment avez-vous procédé pour publier vos livres ?

Comme tout le monde, j’ai d’abord envoyé mes manuscrits chez les éditeurs, chez de nombreux éditeurs... Cela prend du temps, on reçoit de nombreuses lettres de refus. Il faut rester patient et déterminé. Ce sont quelques bons retours d’éditeurs sur « Ramsès au pays des points-virgules » qui m’ont finalement décidé à l’auto publier via le service à l’édition BoD (Books on Demand). Cela m’a permis de sortir mon livre quand je le souhaitais et avec la forme que j’ai choisie (les éditeurs intéressés par le projet me demandaient de le modifier en profondeur, ce que je n’ai pas eu envie de faire). Par solution de facilité et de commodité j’ai continué à auto éditer mes autres livres (cela m’a permis de choisir le moment où ils sortaient en fonction de mes priorités). Je ne sais pas comment je publierai les suivants, chaque livre est une aventure nouvelle. Mais ce dont je suis sûr c’est qu’un nouveau livre qui veut sortir finit toujours par trouver la bonne porte pour arriver jusqu’à ses lectrices et ses lecteurs.

 

8 –Êtes-vous sensible à la critique littéraire ? Comment le prenez-vous ?

J’aime que mes livres soient l’occasion d’articles de blogs passionnés et passionnants. J’aime la critique au sens noble du mot : celle qui exerce l’esprit critique, qui montre les richesses d’un texte et qui témoigne de la diversité des opinions et des points de vue, de la variété des choix esthétiques... La critique est un exercice d’intelligence et de respect de la pensée des autres. C’est tout le contraire de la polémique où l’on cherche à écraser autrui pour faire prévaloir son opinion. La poésie qui fait jaillir les mots dans toutes leurs richesses de sens divers apprend à exercer intelligemment cet esprit critique (j’évoque cette question dans la postface de « Sansonnets aux sirènes s’arriment »).

 

9 — Quels sont vos auteurs préférés ?

Mes autrices préférées, mes auteurs préférés sont nombreux et je ne cesse d’en découvrir de nouveaux qui suscitent chez moi de nouveaux enthousiasmes. J’adore « Le petit prince » d’Antoine de Saint Exupéry. Je me suis longtemps passionné pour Gustave Flaubert et cela a été à la source de mon « polar décalé » Le Mystère du pont Gustave-Flaubert. Je me laisse souvent bercer par la fantastique poésie de Jules Verne, par son goût du voyage et de la découverte. Je suis un amateur de la truculence et du romantisme du « Capitaine Fracasse » de Théophile Gauthier. Je pourrais ajouter à cette liste Madame de Staël une autrice de la fin du XVIIIe siècle qui a eu l’audace de s’opposer à Napoléon Bonaparte. Dans les autrices contemporaines, je peux citer Loli Artésia dont j’ai énormément aimé « La Délivrance de l’accordéon » (ce qui a été l’occasion de signer un article de blog à son sujet, ce que je fais très rarement).

 

10 — Quels conseils donneriez-vous à une personne souhaitant écrire un livre ?

Venez à mes ateliers d’écriture, armez-vous de patience, écoutez les conseils, mais cultivez les richesses de votre personnalité singulière. Prenez le temps de lire, de lire encore et encore, patiemment. Discutez, voyagez, faites-vous des amis. Prenez le temps d’écrire, beaucoup de temps. Écrivez au rythme de la marche à pied, posément, régulièrement. Soyez critique envers vous-même, ne vous prenez pas au sérieux, mais prenez vos lectrices et vos lecteurs au sérieux. Profitez du temps de flâner, de rêver, de respirer...

 

11 –Je vous laisse terminer... A vous le dernier mot !

Le dernier mot ? Il est impossible à écrire, il y en a encore tant qui attendent d’être couché sur la feuille papier ! Il y en a tant qui attendent d’être prononcés dans des conversations passionnantes. C’est parce que la vie est faite d’incessants flots de paroles que ce dernier mot est impossible à trouver. Mais puisque notre dialogue d’aujourd’hui ne peut durer à l’infini et qu’il doit tenir sur une page de blog, je suis bien obligé de trouver une fin provisoire en hasardant un « Merci et à bientôt ! » qui j’espère sonnera comme ce « À suivre... » qui suspend l’épisode d’un feuilleton jusqu’au début du suivant en suscitant l’impatient appétit de lecture des lectrices et des lecteurs...

 

Note:Remerciement pour la photo envoyée © LydieL Photographie.