Synopsis :

A l’approche de la quarantaine, Emmanuelle Pinson a tout pour être heureuse : un mari qui l’aime, une enfant qu’elle chérit, un job passionnant où elle s’investit beaucoup. Pourtant un sourd malaise la ronge depuis des années. Elle décide de partir seule en Thaïlande trois semaines pour faire le point.

Et si à travers ce voyage, c’était à sa propre rencontre qu’elle partait ?

Et si à travers les personnes croisant sa route et le journal qu’elle a décidé de tenir, elle s’aventurait vers la découverte d’une Emmanuelle dont elle ne soupçonnait pas même l’existence ?

Avec ce roman entre développement personnel feel good, Elise Veith et Antony Altman nous donnent à suivre le combat d’une femme moderne avec ses joies et ses drames, le courage d’un cheminement vers une vie plus authentique, jusque dans les replis les plus secrets de son cœur.

 

Mon Avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Antony Altman d’avoir accepté de me faire parvenir son livre Broché jusqu’aù Liban.

Après 10 ans de mariage avec Franck, Emmanuelle décide d’entreprendre un voyage seule en Thaïlande durant 3 semaines afin de retrouver ses repères et tenter de remédier à ce vide dans son cœur défaillant suite à un drame qui a provoqué en elle un tourbillon de sentiments confus. On constate de suite que les pensées sont totalement indécises et troublantes de cette femme de par son incapacité à déchiffrer le pourquoi de ces peurs engendrés sûrement par la culpabilité et les remords.

Franck son mari et Sarah sa petite fille de 6ans se voient dans l’obligation de respecter son choix sans s’interposer. Ainsi, ce fera ce voyage en solitaire par un retour vers le passé pour tenter de se réconcilier et se pardonner à soi-même et aux autres. Par la suite, son journal et cette alternance entre le passé et le présent m’ont permise de découvrir en Emmanuelle une femme qui perdure à oublier voir refouler ses blessures émotionnelles d’avec ses parents que le temps n’as pas su cicatriser et c’est ce qui a grandement déstabilisé sa relation avec son mari qu’elle considère pourtant comme un homme dévoué et sincère…

Untitlednew

En second lieu,  la découverte d’un pays comme la Thaïlande avec sa culture et la beauté du paysage s’en ressentent au lecteur, on se sent transporté dans un autre univers tant la description est profonde avec le partage du bonheur naissant d’Emmanuelle et de sa guérison qui se fera avec l’aide de divers personnages qui se mettront sur sa route  la guidant chacun par son savoir par la pratique de l’ésotérisme, le massage… lui procurant ainsi un certain apaisement moral et affectif . Essentiellement Jean-Jacques de par le récit de son passé et son dévouement en tant que Bénévole pour le bient-être des autres ne la laissera pas insensible, sa présence lui sera indispensable pour la mener à l’éveil de soi en douceur sans la brusquer.

Elise Veith et Antony Altman ont élaborés cette histoire avec une plume fluide et touchante. De plus, ils ont réussi à m’attacher au personnage d’Emmanuelle sans oublier Franck aussi car je pense que ce roman dévoile les relations conflictuelles qui peuvent déstabiliser  un couple par un passé non résolu mais aussi ce manque de dialogue évident  entre eux par le  blocage et la colère de l’un et la soumission et l’acceptation de l’autre ce qui fragilise le couple  que seul leur journal intime leur a permis de se libérer d’un non-dit ou de s’extérioriser de leurs ruminations

Une chose est certaine dans un couple il ne faut pas un dominé-dominant mais plutôt une relation constructive qui se fera par l’écoute. Et ce roman s’adapte aussi bien pour la gente féminine que masculine de par son histoire qui s’attache à explorer la profondeur de leurs émois mutuels

Dans ce roman, on a pris connaissance de  tout un vécu en passant par le père dominateur, la mère soumise, un secret non dévoilé mais aussi le partage de l’amitié et  la beauté  de l’amour avec ses joies et ses peines afin de comprendre et partager le ressenti d’Emmanuelle et ses relations avec les hommes en tant que femme, épouse, et mère ce qui mène à dire « Il faut beaucoup d’hommes pour faire une femme »

Sous forme de roman Feel good et développement personnel, Antony Altman et Elise Veith nous mènent vers la découverte de soi en tant que femme sans omettre de nous éclairer sur le ressenti de l’homme.