La Couleur du Silence

Disponible sur Amazon (Cliquer sur la photo)

 

Broché: 229 pages

Editeur : Independently published (1 juillet 2018)

Dimensions du produit : 14 x 1,5 x 21,6 cm

 

Synopsis :

C’est le printemps, en 1985. Charline a dix-huit ans. Les épreuves du bac approchent, et avec lui, la perspective de son envol vers sa vie d’adulte. Mais sa mère la prend de court quand elle lui annonce que c’est elle qui va déménager. Charline voit rouge, et elle fugue, accompagnée de son amie Nathalie. C’est ainsi, en errance, et en se confrontant aux autres, que Charline va cheminer à la rencontre d’elle-même, jusqu’à faire émerger le secret de famille dont elle porte l’héritage. Que signifiait, pour les femmes qui nous ont précédés, vivre dans une société qui privait du droit à disposer de son corps ? Ce roman évoque un tel désastre. Il rend hommage à ma grand-mère, Gisèle, décédée des suites d’un avortement, dans l’opacité du silence collectif. Il est dédié à toutes celles qui ont survécu mais n’avaient pas le droit de dire l’angoisse et la souffrance. Il est un élan du cœur à l’adresse de ces femmes, pour saluer leur courage et partager leurs tourments. Il est un acte du souvenir. Un devoir de mémoire.

 

Mon avis :

Le synopsis m’a toute de suite attirée pour lire ce roman et je remercie beaucoup l’auteure Delphine Surrans d’avoir bien voulue me le faire parvenir en version broché au Liban.

D’après son histoire familiale, l’auteure retrace la vie et le combat de femmes de mère en fille, amie ou inconnue avant la promulgation de la loi au droit à  l’ avortement Avec une profonde sincérité sa plume ne manque pas de nous faire ressentir et partager leurs déterminations et leurs émotions afin d’obtenir leur dignité et leur liberté.

Les relations conflictuelles que Charline entreprend  avec sa mère Françoise vont la décider à fuguer vers un inconnu hasardeux…A travers l’aventure de Charline, on va découvrir le passé, la vie de femmes, s’y attacher et partager leur combat. Avec une plume légère et précise, l’auteure retranscrit admirablement bien ces personnages en insistant à faire ressortir leurs émois. Qui sont-elles ? Tant de femmes de génération en génération avec des meurtrissures aux séquelles profondes tant psychologiques que physiques auxquelles elles ont été confrontées avant la loi de Simone Veil laquelle vous le savez dépénalise contre l’avortement. Avec courage et détermination, elles luttent pour retrouver leur respectabilité.

Pour conclure, cette histoire est authentique, bouleversante et je préfère vous laisser la découvrir sans dévoiler l’histoire jusqu’où la cavale de Charline que j’ai trouvée touchante dans l’insouciance de son âge mais aussi admirablement combative va la mener ?

Ce roman est un bijou qui s’attache à dénoncer un combat féministe contre toute atteinte morale, affective ou physique dont le thème est d’actualité partout dans le monde.

« Personne n’a le droit de disposer de votre corps » Alors n’hésitez pas à le lire et à en parler car ce livre le mérite grandement

Merci à l’auteure pour sa confiance et ce coup de cœur que je compte relire encore et encore.