Vos Adresses :

Blog : graviloir@wordpress.com

Facebook : Avi Graviloir

 

1-Parlez-nous un peu de vous ?

Rarement, je parle de moi-même, même pas en famille. Je n’aime pas ni les biographies ni le culte à la personnalité. Cela dit, je pense que l’écrivain, à travers ses textes, il parle indirectement de son vécu et son individualité devient translucide.

 

2-Qu'est-ce qui vous a donné l'envie d'écrire ?

Depuis mon enfance, l’écriture m’a hanté. Tout d’abord, le romanesque qui m’accompagna au long de toute mon adolescence et depuis ne m’a jamais quitté. Les fictions développèrent mon imaginaire et mon langage, ce qui devint un atout pour mes études universitaires et postérieurement pour étendre, consolider, rationaliser mes connaissances professionnelles.

Postérieurement, mes déplacements professionnels dans plusieurs pays, avec diverses langues, ne firent que renforcer ma capacité d’expression et enrichissement du langage.

Quand mes obligations professionnelles me l’ont permis, j’ai plongé dans l’intérieur de mes souvenirs pour transformer mes expériences personnelles en fiction qui transmettent l’optimisme.

 

3-Avez-vous un genre particulier ? Et pourquoi ?

Pas spécialement. Tout récit qui peut réveiller des idées est en soi, positif et constructeur de la personnalité. Mais, certainement, j’aime beaucoup intégrer à mes récits du suspens. Donc, actuellement ce genre est ma prédilection.

 

 4-Quelles ont été vos sources d'inspirations ?

La littérature du XVIIème siècle, avec sa « Picaresque bien cocasse ». Puis Cervantès, et la poésie engagée des années trente.

Cependant à mon adolescence j’ai découvert Agatha Christie. J’ai lu et relu plusieurs fois la totalité de son œuvre, et je ne peux pas empêcher d’être influencé par ce monstre de la littérature policière.

 

5-Combien de temps passez-vous à écrire un livre ?

Je ne vais pas m’étendre. Dans le cas de mes deux premiers romans, j’ai employé (recherches incluses) trois ans chacun.

 

6-Qu'avez-vous écrit et publié jusqu'à maintenant ?

Dans ma langue maternelle, des petits contes pour enfants et quelques articles pour des revues spécialisées dans le social (mais, il y a longtemps… même très longtemps de cela Puis en espagnol, j’ai commencé un livre technique d’économie que je n’ai jamais fini.

 

7-Comment avez-vous procédé pour publier votre livre ?

Étant un ressortissant étranger et sans aucun contact avec le milieu de la publication, j’ai proposé mes écrits à plusieurs maisons d’édition, mais malheureusement aucune n’a retenu mes projets. Alors, j’ai fini pour faire appel à Librinova pour un service d’autoédition.

 

8-Êtes-vous sensible à la critique littéraire ? Comment le prenez-vous ?

La critique littéraire a toujours existé. À mon avis, ne peut pas avoir de la bonne littérature sans une critique positive. Comment dois-je prendre l’analyse de mes romans ? Bien, évidemment. Chaque auteur doit connaître ses propres limites.

LOGO_Ecrivain_aujourd'hui1

(Naturellement, moi, encore plus que les autres, car j’écris avec une langue qui n’est pas la mienne).

 

9-Quels sont vos auteurs préférés ?

En France : Hugo, Baudelaire, Dumas, J.P. Sartre, Beauvoir et bien d’autres.

Sans oublier la Divine Comédie de Dante, Umberto Eco est pour moi un moteur, un maître, un exemple à suivre.

Mes influences : Shakespeare. Les tragédies et comédies grecques. Finalement, l’Iliade et l’Odyssée que sont mes livres de chevet.

 

10-Quels conseils donneriez-vous à une personne souhaitant écrire un livre ?

Courage ! Patience mes amis !...  Avant d’écrire, à mon avis, on a besoin de lire beaucoup.

 

11-Je vous laisse terminer... A vous le dernier mot !

J’espère que les lecteurs auront autant de plaisir à lire mes récits que moi j’ai eu à les écrire.